C.MARIE dans le journal Nishi Nihon !


Bonjour à tous,

et bienvenue sur notre second article!

Nous avons déjà un post sur le feu, mais il nous prend pas mal de temps, et nous étions surtout super impatients de pouvoir vous traduire notre premier passage dans un média japonais...

Le Nishi Nihon Shinbun, un quotidien de l'ouest du Japon.

Suite à un entretien d'une bonne heure avec un journaliste de ce média, nous avons eu droit le 7 juillet à un encart dans le journal papier et un article permanent sur leur site internet !


Voici une traduction de l'article en question :

" Un couple franco-japonais lance sa marque de sacs.

Résidents de la ville de Tosu, Shota et Marie Yasutake, ce couple franco-japonais vient de commencer la vente de ses sacs de leur marque C.MARIE. Les sacs sont métissés entre l"origine française de leur matériau principal et leur fabrication japonaise, ici, à Saga.

Ils souhaitent tous deux proposer des sacs élégants à la française et fabriqués selon le Monozukuri japonais, pour eux le visuel est aussi important que la fonctionnalité de l'objet.

Le métissage d'un matériau français et de l'artisanat de Saga.

Résidents de la ville de Tosu, département de Saga, Shota Yasutake (27 ans) et Marie Yasutake (24 ans), ont récemment lancé leur marque.

Shota est originaire de la ville de Fukuoka, où il était employé dans une entreprise locale.

Il s'est marié cette année avec Marie, originaire de La Tour du Pin (France), qui à l'époque travaillait dans une entreprise de Taku (Saga), où elle a commencé à s'intéresser au Monozukuri japonais.

Ils ont choisi Tosu pour s'installer car c'était à mi-chemin entre leurs lieux de travail.

C'est en fabriquant des porte-carte de visite pour une exposition que Marie a souhaité se lancer elle aussi dans le Monozukuri. Ils démissionnent tous les deux et fondent leur entreprise.

Marie conçoit les sacs pour les femmes actives de 20 à 30 ans avec comme concept "un sac qui rende heureuse celle qui le porte dans ses activités quotidiennes".

4 couleurs sont pour le moment disponibles, et le matériau, un cuir PVC, provient de l'entreprise où travaille le père de Marie. Il est habituellement utilisé pour du mobilier, et a pour qualités d'être léger, résistant à la salissure, à la moisissure, à l'eau, aux effets des UV, et d'être très facile d'entretien.

Si Marie dit avoir toujours aimé dessiner, c'est leur première expérience dans le design.

Shota confie que "au début nous ne connaissions pas les codes du secteur, et il a été difficile de trouver un fabricant qui s'adapte à cela." A force de rencontres, ils ont trouvé le bon partenaire qui les a aidés à fabriquer leur premier sac.

"En fabriquant le prototype, nous avons pu modifier les dimensions, les tailles de fermeture éclair lorsque Marie l'a utilisé quotidiennement afin d'arriver aux sacs d'aujourd'hui".

Ils vendent leurs sacs sur leur site Internet C.MARIE Bag, l'unité étant à 28,000 Yen (environ 220 euros). Ils recherchent actuellement des boutiques afin de distribuer leurs produits".

Suzaki Takihiko

Voici pour cet article qui retrace notre lancement!

C'était la première fois que je voyais ma tête dans un journal japonais, alors ça fait tout bizarre (même si je ne lis pas souvent la presse ici).

Je vous donne rendez vous sous peu pour un nouvel article, et nous aurons très certainement d'autres passages média à vous partager par ici.

En vous souhaitant une belle semaine,

Marie (et Shota)

#news #presse #bagageàmain #CMARIE #sacàmain

© 2020 C.MARIE